Plouzané, vivante et attractive

Plouzané apparaît parfois comme une ville assoupie, une ville-dortoir entend-on parfois. Pourtant elle ne manque pas d’éléments pour rayonner et il existe à Plouzané une vie culturelle, sportive et économique qui mérite qu’on lui accorde les moyens de s’épanouir.

Des équipements à adapter

Il manque à Plouzané une salle de spectacle digne de ce nom. La salle du centre culturel est trop petite et peu fonctionnelle. Une salle d’une capacité d’environ 400 places est nécessaire pour pouvoir accueillir dans de bonnes conditions des manifestations telles que les comédies musicales montées par l’Amicale Laïque, des pièces de théâtre, des concerts de chorales et groupes locaux, les spectacles des écoles, des projections cinématographiques mais également diverses réunions. Une fois cette salle construite, il sera temps d’envisager la restructuration de la médiathèque.

Dans le secteur sportif, la féminisation des pratiques sportives impose des évolutions dans les équipements. Les complexes de Trémaïdic et de Keramazé ne sont plus au niveau pour accueillir des clubs qui sont à la fois de grands clubs formateurs pour les jeunes et des clubs qui portent haut les couleurs de Plouzané.

À Trémaïdic un second terrain synthétique et de nouveaux vestiaires sont nécessaires, et la tribune, hors d’âge, doit être remplacée.

À Kéramazé, la maison du rugby est trop petite et les locaux administratifs sont relégués dans des Algeco. 

Quant au plateau de Kerallan, où se pratique l’athlétisme, il y manque clairement un local abritant, au minimum, vestiaires, bureau et local de rangement.

 

Un patrimoine à mettre en valeur

Le patrimoine bâti et naturel de la commune, tout comme son réseau de chemins et de sentiers, doivent être mis en valeur. Des circuits de promenade et de découverte doivent être proposés, en utilisant des supports de communication innovants.
Et parmi ces éléments de patrimoine à mettre en valeur, le site emblématique du Minou occupe une place à part. Il est aujourd’hui très sous-valorisé. Les deux jours de visite annuels dans le phare sont loin de répondre à la demande. Il mérite un projet ambitieux sur l’ensemble du site permettant d’en faire un pôle touristique majeur sur la métropole.

De la vie, de la vie, encore de la vie !

Il faut saisir toutes les opportunités pour susciter des rencontres et des animations à Plouzané. Plusieurs pistes doivent être envisagées.

Des animations régulières doivent être proposées, en particulier sur la place de la mairie. Démonstrations sportives, prestations musicales, expositions, les possibilités sont nombreuses L’idée de la création d’un bagad à Plouzané, ayant vocation à se produire en extérieur, est à envisager. Et un bal populaire du 14 juillet serait le bienvenu.

Les fêtes de quartier sont des occasions d’accueillir les nouveaux arrivants et de créer des liens de voisinage, par-delà les différences de générations, liens qui permettent de lutter contre l’isolement et d’assurer la solidarité et la vigilance à l’échelle d’un quartier. Elles doivent être encouragées.

Le commerce de proximité est un lieu de vie important dans une commune. A Plouzané, où les commerces sont répartis dans les différents pôles de la commune, il est nécessaire de susciter une vraie dynamique économique, de donner de la visibilité aux commerçants, probablement grâce à la mise en place d’une signalétique commerciale, et d’accompagner des opérations commerciales à l’échelle de la commune.

La question du marché doit également être posée. Dans son format actuel, il attire peu de monde, et peu de commerçants. Une nouvelle infrastructure pourrait permettre de l’accueillir dans de meilleures conditions, et pourrait offrir une opportunité de créer un point de vente pour des producteurs locaux fonctionnant en circuit court.

 

Fermer le menu